• English
  • Español
  • Français
  • Русский
  • Bokmål
  • Nederlands

La relation entre escorts et meres de famille

Le monde des masseuses et escorts est un secteur encore méconnu par la plupart et plein d'amalgames, mythes et préjugés qui souvent sont juste cela et rien d'autre.

La plupart des hôtesses et escorts qui rentrent dans ce secteur le font comme s'il s'agissait d'une aventure professionnelle, pour vendre leur temps, attention, beauté et charme à tous ceux disposés à payer pour ce charme particulier qu'elles ont et dont ont besoin d'autres personnes. Ça signifie donc qu'il y a des hommes ou femmes disposés à payer pour ces services de charmes et, en contrepartie, des escorts ou masseuses disponibles pour offrir ces massages ou autres services érotiques.

Il est vrais que la plupart des filles font cela pour l'argent et se divertir, dans ce monde où le pouvoir de l'argent est indéniable. Beaucoup de masseuses et escorts n'ont donc pas d'enfants pour les contraintes engendrés, parce qu'elles veulent gagner le plus d'argent possible et, ce n'est pas évident de gérer la garde d'un enfant avec un travail de masseuse dans un salon de massage ou d'escorts. Cependant, que nous parlions d'escortes indépendantes ou de masseuses recrutées par un salon de massage à Bruxelles après un casting rigoureux, les femmes mantiennent cette envie de créer une famille, d'avoir un mari, des enfants, parceque c'est la nature et, elles ne sont pas préparées pour aller contre cette nature.

Dans beaucoup de sociétés aujourd'hui, l'idée qu'une femme ne devrait pas être aussi volage qu'un homme dans ses relations intimes persiste. Il existe une stigmatisation des masseuses et escorts....comme si l'opprobre devait retomber sur elles, comme si rien de bon ne pouvait venir de ces filles.....c'est pourquoi, il est souvent difficile pour les masseuses ou escortes de s'impliquer sentimentalement, de trouver un mari qui se compromette, de créer une famille, d'avoir des enfants.

 

De plus, comme j'expliquais plus haut, beaucoup de masseuses ont peur des contraintes d'un enfant, d'une famille.... elles ont peur d'être stigmatisées, d'être rejetées par son copain s'il apprenait ce qu'elle fait..... mais, malgré tout cela, elles éprouvent le besoin de se poser, et même si elles doivent y mettre le temps, elles cherchent cet homme qui sera les comprendre.

Les filles qui vendent leurs rencontres de charmes ont de nombreuses relations sexuelles et c'est pourquoi elles se le pensent 2 fois avant de tomber enceinte et sont souvent trés prudentes avec les hommes...ces hommes qui les contactent principalement pour des services sexuels et qui les font se méfier des sentiments.

Le sexe sans attaches, sexe sans compromis, sexe en échange d'argent, à l'opposé de ce que recherchent certaines masseuses en dehors de cet horaire professionel, leur porte parfois préjudice, émotionellement parlant, mais baucoup d'autres escortes ou masseuses n'ont pas d'enfants pour toutes ces raisons évoquées, parcequ' avec toutes ces rencontres de charmes sans sentiments, juste pour le sexe, il est parfois diffcile de s'impliquer, de se compromettre, de devenir mère.........

Categorie: 
A la recherche de masseuses ou escorts dans ces villes?
Masseuse ou Escorte Norvège
Prostituées et masseuses en Belgique

ESCORTS BY ESCORTINTIME.COM, ESCORTES

En cette période de crise que nous avons souffert et continuons de souffrir, et la grande chute de revenus des finances publiques, qui a provoqué un débat sur la viabilité de notre système de retraite et de santé, le déficit de financement des régions et des villes a provoqué une pression fiscale asphyxiante. Voici donc que le débat sur la légalisation de la prostitution est réapparu en Europe.

Pour mieux illustrer la situation, nous verrons les chiffres que le secteur de la prostitution génère en Espagne. Le montant estimé est de 3,500 millions d'euros par an, ce qui représente 0,35% du PIB national. Pour vous donner une idée, cela suppose un volume similaire à celui de l'industrie de la chaussure en Espagne ou à la contribution de la ville de Malaga.

Pensez qu'en Espagne il y a environ 100 000 escortes, même si seulement 20% de ces escortes sont espagnoles. On estime que 39% des Espagnols ont payé pour avoir des rapports sexuels, avec une dépense annuelle moyenne de 1 530 euros. Autrement dit, si nous extrapolons ces chiffres à l'Europe, nous dépensons beaucoup plus pour le sexe tarifé que pour l'assurance auto, et encore plus que le panier d'achats des fruits et légumes. En outre, 66% des escortes pratiquent leurs activités dans des maisons clôses, face aux 33% restants, qui l'exercent dans la rue et, pour en finir avec cette batterie de chiffres, seulement 5% sont des escortes de luxe.

Maintenant, donc, la question se pose, devons-nous réglementer ce secteur? C'est un des gros secteurs d'activités en Europe et, il pourrait contribuer largement à l'augmentation souhaitée de la perception des impôts.

Pourquoi, au contraire est-il légal de vendre du tabac si cela génère des milliers de morts et de maladies par an, et si l'on dépense des millions d'euros avec des campagnes de prévention pour arrêter de fumer et que le tabac génère une énorme dépense en santé publique? La raison fiscale semble suffisante pour permettre sa légitimité de fumer.

Maintenant, repassons brièvement le modèle néerlandais, où la prostitution a été légalisée en 2000 et le gouvernement hollandais a déjà une expérience contrastée dans le domaine.

Aux Pays-Bas, le secteur génère plus de 2 500 millions euros par an, soit 0,4% du PIB, dépassant même le mythique secteur du fromage néerlandais. La légalisation de la prostitution s'est accompagné d'un resserrement des lois contre les abus sexuels et la protection des mineurs. La prostitution a été interdite dans les rues et ne peut se faire que dans des salles équipées à cet effet, et chaque escorte doit payer une assurance maladie privée, comme tout travailleur néerlandais. Et vu que le secteur est taxé, le système est contrôlé par un système de licences, avec une attribution finale correspondant aux municipalités. En même temps que cette légalisation, tout ce qui s'assimile à de l'exploitation sexuelle a ètè reconnu comme un délit grave et est passible de peines d'emprisonnement, et puis l'âge légal pour exercer la prostitution est passé de 18 à 21 ans.

Les clubs, les agences escortes, les peep shows, les clubs d'échangistes ou la prostitution dans des maisons privées sont autorisés et réglementés par un système de licences, et seules 13 villes hollandaises sont autorisées à présenter l'activité avec les célèbres vitrines telles que celles du quartier rouge d'Amsterdam.

Toute prostituée a droit au système de santé et même à participer à un programme de réinsertion sociale pour ceux qui veulent abandonner la prostitution.... les municipalités sont même tenues de garantir ces droits en tant que garantes qu'elles sont des licences correspondantes.

Avec toutes ces données et en comparant les deux modèles, vous pouvez voir la similitude des chiffres entre l'espagne et la Hollande. Dans un pays, les revenus contribuent comme un autre secteur à la vie en société et sont protégés par la loi, les filles ayant droit aux prestations sociales et aux retraites, alors qu'en Espagne et, surtout en France, les travailleuses de ce secteur sont laissées à l'abandon, à la merci des mafias et des proxénètes.

Donc, à vous de juger, après avoir réfléchi profondément, si la légalisation du secteur serait ou non plus pratique pour tous.