• English
  • Español
  • Français
  • Русский
  • Bokmål
  • Nederlands

lolita SEXY

lolita SEXY

Dîtes moi que vous avez vu mon annonce sur escortintime
8429 visites depuis 22-février-2016

Young girl with an ostentatious body and eager to offer all I am to make you enjoy as you never did before. My name is Lolita and I’m an escort in Oslo willing to offer my full potential. Blond, angelic face and insatiable vice, I can guarantee the best of the escort experiences. It’s time all your fantasies and thoughts come true. There is anyone else better than me, one of the best escorts in Oslo, to offer you what you deserve. Care, warmth, and attention are what you will find in my escort services. I like to make the others feeling comfortable and that they can relax and release stress thanks to all I can offer. I am the escort in Oslo you have been looking for. I can fulfil all the sexual needs you have and I am also the perfect person to give attention, care and the best massages. I guarantee that the time you spend with me will be an investment you will never regret. I can give you the best moments, moments that you will never forget. Because of this reason, I should warn you, I am completely addictive escort. Any fantasy can come true. Just have a look in my Oslo escort services and contact me to spend the best of times. I have services for couples and lesbians. I can provide you the best escort services. Don’t hesitate and call me, we will spend unforgettable moments together, full of passion and without moderation.

Group

Rechercher d'autres escortgirls à Oslo
Et, ici toutes les prostituées désactivées: Relax

Autres escortes à proximité

Marian, escort Oslo

Maria

Oslo
Alisa-sexy Escort Intime

Alisa-sexy

Oslo
Electra, a Female escort in Oslo by Escort Intime

Electra

Oslo
Katerina, escort girl Oslo

Katerina

Oslo
A la recherche de masseuses ou escorts dans ces villes?
Masseuse ou Escorte Norvège
Prostituées et masseuses en Belgique

ESCORTS BY ESCORTINTIME.COM, ESCORTES

En cette période de crise que nous avons souffert et continuons de souffrir, et la grande chute de revenus des finances publiques, qui a provoqué un débat sur la viabilité de notre système de retraite et de santé, le déficit de financement des régions et des villes a provoqué une pression fiscale asphyxiante. Voici donc que le débat sur la légalisation de la prostitution est réapparu en Europe.

Pour mieux illustrer la situation, nous verrons les chiffres que le secteur de la prostitution génère en Espagne. Le montant estimé est de 3,500 millions d'euros par an, ce qui représente 0,35% du PIB national. Pour vous donner une idée, cela suppose un volume similaire à celui de l'industrie de la chaussure en Espagne ou à la contribution de la ville de Malaga.

Pensez qu'en Espagne il y a environ 100 000 escortes, même si seulement 20% de ces escortes sont espagnoles. On estime que 39% des Espagnols ont payé pour avoir des rapports sexuels, avec une dépense annuelle moyenne de 1 530 euros. Autrement dit, si nous extrapolons ces chiffres à l'Europe, nous dépensons beaucoup plus pour le sexe tarifé que pour l'assurance auto, et encore plus que le panier d'achats des fruits et légumes. En outre, 66% des escortes pratiquent leurs activités dans des maisons clôses, face aux 33% restants, qui l'exercent dans la rue et, pour en finir avec cette batterie de chiffres, seulement 5% sont des escortes de luxe.

Maintenant, donc, la question se pose, devons-nous réglementer ce secteur? C'est un des gros secteurs d'activités en Europe et, il pourrait contribuer largement à l'augmentation souhaitée de la perception des impôts.

Pourquoi, au contraire est-il légal de vendre du tabac si cela génère des milliers de morts et de maladies par an, et si l'on dépense des millions d'euros avec des campagnes de prévention pour arrêter de fumer et que le tabac génère une énorme dépense en santé publique? La raison fiscale semble suffisante pour permettre sa légitimité de fumer.

Maintenant, repassons brièvement le modèle néerlandais, où la prostitution a été légalisée en 2000 et le gouvernement hollandais a déjà une expérience contrastée dans le domaine.

Aux Pays-Bas, le secteur génère plus de 2 500 millions euros par an, soit 0,4% du PIB, dépassant même le mythique secteur du fromage néerlandais. La légalisation de la prostitution s'est accompagné d'un resserrement des lois contre les abus sexuels et la protection des mineurs. La prostitution a été interdite dans les rues et ne peut se faire que dans des salles équipées à cet effet, et chaque escorte doit payer une assurance maladie privée, comme tout travailleur néerlandais. Et vu que le secteur est taxé, le système est contrôlé par un système de licences, avec une attribution finale correspondant aux municipalités. En même temps que cette légalisation, tout ce qui s'assimile à de l'exploitation sexuelle a ètè reconnu comme un délit grave et est passible de peines d'emprisonnement, et puis l'âge légal pour exercer la prostitution est passé de 18 à 21 ans.

Les clubs, les agences escortes, les peep shows, les clubs d'échangistes ou la prostitution dans des maisons privées sont autorisés et réglementés par un système de licences, et seules 13 villes hollandaises sont autorisées à présenter l'activité avec les célèbres vitrines telles que celles du quartier rouge d'Amsterdam.

Toute prostituée a droit au système de santé et même à participer à un programme de réinsertion sociale pour ceux qui veulent abandonner la prostitution.... les municipalités sont même tenues de garantir ces droits en tant que garantes qu'elles sont des licences correspondantes.

Avec toutes ces données et en comparant les deux modèles, vous pouvez voir la similitude des chiffres entre l'espagne et la Hollande. Dans un pays, les revenus contribuent comme un autre secteur à la vie en société et sont protégés par la loi, les filles ayant droit aux prestations sociales et aux retraites, alors qu'en Espagne et, surtout en France, les travailleuses de ce secteur sont laissées à l'abandon, à la merci des mafias et des proxénètes.

Donc, à vous de juger, après avoir réfléchi profondément, si la légalisation du secteur serait ou non plus pratique pour tous.