• English
  • Español
  • Français
  • Русский
  • Bokmål
  • Nederlands

La duree moyenne d une relation sexuelle

La question de savoir combien devrait durer exactement une relation a été débattue durant des années. Même la science n’a pas été capable d’arriver à un consensus sur la durée moyenne ; probablement parce qu’une relation varie énormément d’un couple à un autre. Aussi parce qu’il y a de nombreux facteurs qui rentrent en ligne de compte, comme les préliminaires, si c’est le premier coup ou le troisième, etc… La plupart des faits et chiffres reportés ont été réunis à travers des entretiens avec différents couples, plutôt qu’en suivant un véritable protocole scientifique. Et même si on analyse les infos depuis un prisme social, il semblerait qu’il n’y ait pas de consensus non plus sur le temps moyen de la fornication. On connaît les expressions communément répandues comme l’homme d’une minute ; car les hommes qui éjaculent trop rapidement sont perçus comme faibles et peu habiles dans les arts sexuels. D’un autre côté, les femmes n’apprécient pas particulièrement les hommes qui passent 30 minutes à les monter sans éjaculer ; elles s’ennuient et ne jouissent pas plus que ça

Donc, quelle est la durée moyenne de l’acte sexuel ?

Selon plusieurs études réalisées, 1-2 minutes est un acte trop court. De 3 à 7 minutes est considéré comme une relation correcte. De 7 à 13 minutes serait la durée désirée et au delà de cela serait perçue comme trop long. Mais même avec ces estimations, il y a très peu de consensus sur le moment à partir duquel il faut commencer à compter; est ce que les préliminaires font partie de l’acte? Ou est-ce que ça commence vraiment à partir de la pénétration? Qu’en est-il des couples qui font une pause pour s’embrasser longuement, avant de recommencer la pénétration? Et qu’en est-il des hommes qui pratiquent l’éjaculation facial ou utilisent des sex toys sur leur partenaire pour les faire jouir, sans aucune pénétration. En réalité, peu importent tous ces détails, il n’y a pas de standard universel sur la duration des ébats amoureux. Supposons que vous n’avez pas vu votre partenaire depuis des mois, et que vous vous retrouvez soudainement. A partir du moment où vous êtes dans l’intimité, vous ne pouvez plus résister et vous sauter dessus, vous embrasser passionnément et les caresses sont de rigueur. Vous êtes tous les deux chauds comme de la braise et le climax ne tardera pas longtemps à arriver. Après une ou deux éjaculations, le partenaire masculin commence à se refroidir, mais pas avant

C’est un secret de polichinelle que plus l’homme éjaculera, plus il durera longtemps la prochaine relation et moins il y aura de quantité de sperme. En d’autres termes, l’homme éjaculera une bonne dose le premier coup, sans aucun effort, puis au bout du quatrième ou cinquième coup, après avoir transpiré intensément, il arrivera tout juste à éjaculer un petit crachat.
Une autre variable importante est le style de pénétration; quelqu’un qui pratique le missionnaire aura tendance à éjaculer rapidement, mais s’il pratique la levrette, ce sera encore plus rapide. En résumé, si ce n’est pas homogène, on peut quand même affirmer que la durée du sexe se situe entre 1 et 7 minutes. Toute performance au-delà de cette fourchette relève de l’extra ordinaire

Profitez des escorts Barcelone pour améliorer vos performances en terme de relation. Les escortes ici sont plutôt chaudes et romantiques. Elles vous guideront de manière à les faire jouir sans pudeur et à durer plus longtemps pour éviter d’être qualifié comme l’homme d’une minute

Categorie: 
Mots clés: 
A la recherche de masseuses ou escorts dans ces villes?
Masseuse ou Escorte Norvège
Prostituées et masseuses en Belgique

ESCORTS BY ESCORTINTIME.COM, ESCORTES

En cette période de crise que nous avons souffert et continuons de souffrir, et la grande chute de revenus des finances publiques, qui a provoqué un débat sur la viabilité de notre système de retraite et de santé, le déficit de financement des régions et des villes a provoqué une pression fiscale asphyxiante. Voici donc que le débat sur la légalisation de la prostitution est réapparu en Europe.

Pour mieux illustrer la situation, nous verrons les chiffres que le secteur de la prostitution génère en Espagne. Le montant estimé est de 3,500 millions d'euros par an, ce qui représente 0,35% du PIB national. Pour vous donner une idée, cela suppose un volume similaire à celui de l'industrie de la chaussure en Espagne ou à la contribution de la ville de Malaga.

Pensez qu'en Espagne il y a environ 100 000 escortes, même si seulement 20% de ces escortes sont espagnoles. On estime que 39% des Espagnols ont payé pour avoir des rapports sexuels, avec une dépense annuelle moyenne de 1 530 euros. Autrement dit, si nous extrapolons ces chiffres à l'Europe, nous dépensons beaucoup plus pour le sexe tarifé que pour l'assurance auto, et encore plus que le panier d'achats des fruits et légumes. En outre, 66% des escortes pratiquent leurs activités dans des maisons clôses, face aux 33% restants, qui l'exercent dans la rue et, pour en finir avec cette batterie de chiffres, seulement 5% sont des escortes de luxe.

Maintenant, donc, la question se pose, devons-nous réglementer ce secteur? C'est un des gros secteurs d'activités en Europe et, il pourrait contribuer largement à l'augmentation souhaitée de la perception des impôts.

Pourquoi, au contraire est-il légal de vendre du tabac si cela génère des milliers de morts et de maladies par an, et si l'on dépense des millions d'euros avec des campagnes de prévention pour arrêter de fumer et que le tabac génère une énorme dépense en santé publique? La raison fiscale semble suffisante pour permettre sa légitimité de fumer.

Maintenant, repassons brièvement le modèle néerlandais, où la prostitution a été légalisée en 2000 et le gouvernement hollandais a déjà une expérience contrastée dans le domaine.

Aux Pays-Bas, le secteur génère plus de 2 500 millions euros par an, soit 0,4% du PIB, dépassant même le mythique secteur du fromage néerlandais. La légalisation de la prostitution s'est accompagné d'un resserrement des lois contre les abus sexuels et la protection des mineurs. La prostitution a été interdite dans les rues et ne peut se faire que dans des salles équipées à cet effet, et chaque escorte doit payer une assurance maladie privée, comme tout travailleur néerlandais. Et vu que le secteur est taxé, le système est contrôlé par un système de licences, avec une attribution finale correspondant aux municipalités. En même temps que cette légalisation, tout ce qui s'assimile à de l'exploitation sexuelle a ètè reconnu comme un délit grave et est passible de peines d'emprisonnement, et puis l'âge légal pour exercer la prostitution est passé de 18 à 21 ans.

Les clubs, les agences escortes, les peep shows, les clubs d'échangistes ou la prostitution dans des maisons privées sont autorisés et réglementés par un système de licences, et seules 13 villes hollandaises sont autorisées à présenter l'activité avec les célèbres vitrines telles que celles du quartier rouge d'Amsterdam.

Toute prostituée a droit au système de santé et même à participer à un programme de réinsertion sociale pour ceux qui veulent abandonner la prostitution.... les municipalités sont même tenues de garantir ces droits en tant que garantes qu'elles sont des licences correspondantes.

Avec toutes ces données et en comparant les deux modèles, vous pouvez voir la similitude des chiffres entre l'espagne et la Hollande. Dans un pays, les revenus contribuent comme un autre secteur à la vie en société et sont protégés par la loi, les filles ayant droit aux prestations sociales et aux retraites, alors qu'en Espagne et, surtout en France, les travailleuses de ce secteur sont laissées à l'abandon, à la merci des mafias et des proxénètes.

Donc, à vous de juger, après avoir réfléchi profondément, si la légalisation du secteur serait ou non plus pratique pour tous.