• English
  • Español
  • Français
  • Русский
  • Bokmål
  • Nederlands

Difference entre l'industrie des Webcams et celle des escortes

Le public suppose souvent que l'industrie des webcams sexuelles et des escortes ne sont qu'une seule et même chose. Cependant, alors que certaines escortes indépendantes peuvent travailler comme modèles de webcam ponctuellement, ces deux industries sont très différentes les unes des autres. Voici, ci-dessous, les différences entre ces deux secteurs.

Les escortes ont généralement un meilleur statut social que les modèles webcam. Elles sont mieux payés, entre autres, parce qu'elles ont de meilleures compétences sociales et sont des expertes dans le domaine du plaisir (dans la vie réelle). Les escortes à Barcelone, par exemple, aident leur client à se détendre et prennent soin de ses attentes. Au contraire, le professionnalisme n'est pas une priorité pour les webcameuses, car elles sont loin du client qu'elles essaient de satisfaire.

Tout se passe dans la vraie vie avec les escortes girls. Elles ne vous abandonnent pas au milieu de leur boulot, accomplissent vos fantasmes. Les webcameuses, par contre, sont assez loin de la réalité puisque leurs clients ne peuvent les regarder qu'à l'écran. Pour certains, cela peut être un moyen de se chauffer, mais pour beaucoup d'autres, c'est un ingrédient pour augmenter la frustration sexuelle. Ces clients recherchent souvent les services d'une escorte après avoir vu une séance obscène d'une webcameuse.

Il y a beaucoup de concurrence et de nombreux acteurs dans l'industrie webcam. La séance des filles doit être en direct sur Internet, de sorte que le site pour lequel elles travaillent ponctionne une partie de leur salaire. Les vendeurs ou les promoteurs qui ont la tâche de capter les clients obtiennent également une part de leurs bénéfices. Si la fille travaille à partir d'un studio comme beaucoup d'artistes, ces studios prélèvent également une part de son salaire. Ce n'est pas le cas dans l'industrie des escortes. Il n'y a que deux acteurs; l'agence escorte et la fille. Certaines escorts girls décident également de travailler en indépendantes une fois que leurs listes de clients a été établie. Elles s'occupent de leur promotion, fixent leurs propres rendez-vous et leurs tarifs.

Les escortes girls ont plus de contrôle sur leur vie privée que les webcameuses. Les séances des modèles de Cam peuvent être enregistrés à l'endroit où elles se produisent. Ces vidéos, à leur tour, peuvent être utilisées pour faire du chantage ou les utiliser comme vidéos promotionnelles sans le consentement des filles. Les webcameuses sont également vues par d'innombrables personnes pendant leur performance en direct. Ce manque de contrôle n'est guère vécu chez les escortes. Une escortgirl est seulement vue nue par la personne ou les personnes qu'elle choisit. En outre, les Escortes Barcelone proposent souvent l'authentique GFE recherchée. Vous pouvez donc vous promener avec elle sans vous soucier d'être vu avec une personne déjà vue par dix mille personnes en ligne.

Les escorts peuvent refuser les clients qu'elles ne veulent pas voir, ou les clients qui leur demandent de faire des choses étranges. Ces filles peuvent refuser un rendez-vous en se basant sur les sentiments qu'elles ont concernant un client en particulier. Elles peuvent également faire une vérification des antécédents sur le type de personne avec qui elle va être. En général, elles veulent se sentir en sécurité et être traitées aussi humainement que possible. Les webcameuses, en revanche, reçoivent beaucoup de demandes étranges de spectateurs étranges, et peuvent être forcées de faire ce qu'on leur demande si le spectateur a déjà payé pour le spectacle.

L'industrie des escortes est en résumé d'offrir une compagnie sensuelle et amusante dans la vie réelle. De l'autre coté, dans l'industrie des webcams, les clients s'offrent un caprice, en voyant ce que cela aurait pu être s'ils s'étaient offerts une escorte.

Categorie: 
A la recherche de masseuses ou escorts dans ces villes?
Masseuse ou Escorte Norvège
Prostituées et masseuses en Belgique

ESCORTS BY ESCORTINTIME.COM, ESCORTES

En cette période de crise que nous avons souffert et continuons de souffrir, et la grande chute de revenus des finances publiques, qui a provoqué un débat sur la viabilité de notre système de retraite et de santé, le déficit de financement des régions et des villes a provoqué une pression fiscale asphyxiante. Voici donc que le débat sur la légalisation de la prostitution est réapparu en Europe.

Pour mieux illustrer la situation, nous verrons les chiffres que le secteur de la prostitution génère en Espagne. Le montant estimé est de 3,500 millions d'euros par an, ce qui représente 0,35% du PIB national. Pour vous donner une idée, cela suppose un volume similaire à celui de l'industrie de la chaussure en Espagne ou à la contribution de la ville de Malaga.

Pensez qu'en Espagne il y a environ 100 000 escortes, même si seulement 20% de ces escortes sont espagnoles. On estime que 39% des Espagnols ont payé pour avoir des rapports sexuels, avec une dépense annuelle moyenne de 1 530 euros. Autrement dit, si nous extrapolons ces chiffres à l'Europe, nous dépensons beaucoup plus pour le sexe tarifé que pour l'assurance auto, et encore plus que le panier d'achats des fruits et légumes. En outre, 66% des escortes pratiquent leurs activités dans des maisons clôses, face aux 33% restants, qui l'exercent dans la rue et, pour en finir avec cette batterie de chiffres, seulement 5% sont des escortes de luxe.

Maintenant, donc, la question se pose, devons-nous réglementer ce secteur? C'est un des gros secteurs d'activités en Europe et, il pourrait contribuer largement à l'augmentation souhaitée de la perception des impôts.

Pourquoi, au contraire est-il légal de vendre du tabac si cela génère des milliers de morts et de maladies par an, et si l'on dépense des millions d'euros avec des campagnes de prévention pour arrêter de fumer et que le tabac génère une énorme dépense en santé publique? La raison fiscale semble suffisante pour permettre sa légitimité de fumer.

Maintenant, repassons brièvement le modèle néerlandais, où la prostitution a été légalisée en 2000 et le gouvernement hollandais a déjà une expérience contrastée dans le domaine.

Aux Pays-Bas, le secteur génère plus de 2 500 millions euros par an, soit 0,4% du PIB, dépassant même le mythique secteur du fromage néerlandais. La légalisation de la prostitution s'est accompagné d'un resserrement des lois contre les abus sexuels et la protection des mineurs. La prostitution a été interdite dans les rues et ne peut se faire que dans des salles équipées à cet effet, et chaque escorte doit payer une assurance maladie privée, comme tout travailleur néerlandais. Et vu que le secteur est taxé, le système est contrôlé par un système de licences, avec une attribution finale correspondant aux municipalités. En même temps que cette légalisation, tout ce qui s'assimile à de l'exploitation sexuelle a ètè reconnu comme un délit grave et est passible de peines d'emprisonnement, et puis l'âge légal pour exercer la prostitution est passé de 18 à 21 ans.

Les clubs, les agences escortes, les peep shows, les clubs d'échangistes ou la prostitution dans des maisons privées sont autorisés et réglementés par un système de licences, et seules 13 villes hollandaises sont autorisées à présenter l'activité avec les célèbres vitrines telles que celles du quartier rouge d'Amsterdam.

Toute prostituée a droit au système de santé et même à participer à un programme de réinsertion sociale pour ceux qui veulent abandonner la prostitution.... les municipalités sont même tenues de garantir ces droits en tant que garantes qu'elles sont des licences correspondantes.

Avec toutes ces données et en comparant les deux modèles, vous pouvez voir la similitude des chiffres entre l'espagne et la Hollande. Dans un pays, les revenus contribuent comme un autre secteur à la vie en société et sont protégés par la loi, les filles ayant droit aux prestations sociales et aux retraites, alors qu'en Espagne et, surtout en France, les travailleuses de ce secteur sont laissées à l'abandon, à la merci des mafias et des proxénètes.

Donc, à vous de juger, après avoir réfléchi profondément, si la légalisation du secteur serait ou non plus pratique pour tous.